Membre des Ateliers d'Art de France

et de l'association des Métiers d'Art du Pilat

J'ai commencé mon exploration de la vannerie par son côté sauvage. Une cueillette au cours d'une promenade procure un champ d'exploration infini et aboutit souvent à la réalisation de pièces inattendues. Les mouvements, les couleurs, les volumes, les contrastes des végétaux entrelacés, tout est bon pour nourrir mon imaginaire au gré des déambulations et au fil des saisons.

La vannerie me propose d'établir un dialogue direct avec la matière: je mets la technique au service de ma créativité. J'explore des techniques de vannerie traditionnelle de différents pays pour les faire dialoguer avec les matériaux locaux. J'utilise mon corps comme un outil. L'aspect vivant des branches et des tiges me fait vibrer. Je mets à profit l'énergie qu'il me transmet lorsque je le tresse : souplesse, élasticité, résistance. Chaque objet tressé reflète l'état d'esprit du vannier qui l'a réalisé. J'aime ces objets qui parlent: d'un créateur, d'un univers, d'un savoir-faire, d'un rapport au monde.

A partir de branches, de tiges et de lianes glanées dans le massif du Pilat en région Rhône-Alpes, je tresse à la main des paniers et des objets décoratifs et utilitaires. Chacune de mes réalisations est unique et non calibrée, par respect des formes et forces initiales des matériaux utilisés. J'apprécie particulièrement de donner naissance à des objets en partant de végétaux habituellement négligés. Clématite sauvage, saule, osier, lierre, ronce, genet, noisetier, châtaignier, jonc, bambou, bruyère, chaque essence a ses particularités et trouve sa place dans les Tressages pas sages.

 

Alexandra Ferdinande, Tressages pas sages

 

 

 

 (c) Tressages Pas Sages - Tous droits réservés - Reproduction interdite SIRET 825 284 482 000 15