La vannière

Bio

Alexandra Ferdinande est vannière d’art. Elle tresse l’osier pour donner forme à des luminaires aux silhouettes aériennes, des sculptures, des installations artistiques, des paniers design, des tressages décoratifs.


L'atelier Tressages Pas Sages a vu le jour en 2013 au cœur du Parc Naturel Régional du Pilat, en Rhône-Alpes, dans le cadre d'une reconversion professionnelle. En 2019, la
vannière s’installe à Pélussin (42) dans un atelier partagé et ouvre une boutique collective « L’Etonnante » avec des artisanes d’art.

 

Elle s’inscrit dans une dynamique de transmission
en animant des stages de vannerie. Actuellement, elle présente ses créations dans des salons consacrés aux métiers d’art et participe à des expositions artistiques.

 

Elle réalise des pièces uniques et répond à des commandes pour des décorateurs et architectes d’intérieur, particulièrement amateurs de design écologique et de décoration écoresponsable.
 

Geste de vannerie Alexandra Ferdinande Tressages Pas Sages_07.jpg

Démarche

« Aujourd’hui, j’expérimente la vannerie contemporaine en créant des pièces uniques. Je souhaite valoriser la matière osier en tant que matériau noble et affirmer la vannerie comme une expression artistique à part entière.


Je continue à favoriser les moments d’échange pour garder vivace l’envie d’expérimenter de nouvelles pistes de création. Le travail à plusieurs est essentiel pour moi. Cette dynamique m’a permis de participer à des performances artistiques, d'échanger
des techniques avec des collègues vannier-e-s, de rencontrer des artisans d’art avec qui j’ai pu confronter ma matière. Ces rencontres ont donné naissance à des réalisations en duo associant nos matières (verre, laine feutrée, métal, ...). »

Matière

« Je suis animée par ce besoin tenace : tresser, entrelacer, transformer la matière végétalepour la sublimer. Je n’ai rien inventé, tout est là. Je rends hommage au règne végétal en yprélevant ma matière première, en me mettant à l’écoute des vibrations de ce qui estprésent, vivant sous nos yeux mais si discret. J’ai découvert une source inépuisabled’inspiration en me nourrissant de ce qui nous entoure.

 

A partir de branches, de tiges, de fibres, de lianes, je donne naissance à des volumes. Je travaille sur l’équilibre des formes, la pureté des lignes, la délicatesse des graphismes, lerayonnement des transparences, la fluidité des mouvements, la légèreté, l’apesanteur, l’apparente fragilité qui laisse transparaître une puissante énergie.

 

En explorant les techniques de vannerie ancestrales, j’ai constaté que les gestes premiersdes vanniers étaient toujours vivants aujourd’hui. Je suis fière de m’inscrire dans cettelignée traditionnelle de l’art du tressage. Je pars des racines d’un savoir-faire millénairepour l’inscrire dans le monde d’aujourd’hui et l’accompagner vers demain. »